Windows Phone 7 : Révolte ou révolution?


François Picard - 26/05/2010

L’annonce du nouveau système d’exploitation pour mobiles de Microsoft ne fait pas que des heureux.

Tous les fabricants et utilisateurs de téléphones intelligents sous Windows Mobile se réjouissaient de l’arrivée prochaine de Windows Phone 7. Mais voilà que Microsoft a annoncé que ce serait un système d’exploitation entièrement remodelé, bien différent des Windows Mobile précédents et qu’il nécessitera de nouveaux appareils. Depuis, c’est la déception non seulement dans le commerce du logiciel, mais surtout chez les utilisateurs.

Un tournant si raide inattendu, mais explicable

Habituellement, une nouvelle version d’un système d’exploitation est une suite à la mouture précédente avec des améliorations. Tout le monde s’attendait donc à ce que ce soit le cas jusqu’à ce que Microsoft fasse savoir en mars que Windows Phone 7, dont la sortie est prévue pour décembre prochain, serait tout à fait différent et n’aurait que peu de points communs avec Windows Mobile 5 ou même 6. Selon Charlie Kindle de Microsoft, il en sera ainsi pour que Windows Phone 7 puisse être beaucoup plus puissant.

C’était prévisible, mais pas aussi radicalement. On ne pourra pas installer, ni utiliser Windows Phone 7 sur les anciens téléphones, même s’ils n’ont que quelques mois. En plus, les logiciels produits pour Windows Mobile ne pourront pas fonctionner sous Windows Phone 7 et il faudra les refaire, y compris les logiciels maison que certaines compagnies ont développé pour leur personnel. Jusqu’à présent, chaque nouveau Windows Mobile pouvait utiliser la plupart des logiciels développés pour les versions précédentes et on s’attendait à la même chose cette fois-ci.

C’est sûr qu’avec le système de forfait, où l’on donne un téléphone à prix réduit, on n’est pas nécessairement conscient du prix réel d’un téléphone intelligent, mais il tourne en général entre 400 $ et 600 $. À ce coût, s’ajoute celui de toutes les applications achetées pour être installées sur l’appareil. Un téléphone intelligent étant un ordinateur de poche, plus on peut y utiliser d’applications différentes, mieux c’est. Un utilisateur sérieux de téléphone sous Windows Mobile peut en avoir pour 300 $ ou plus. S’il veut passer à Windows Phone 7, on lui demande donc de faire une croix à la fois sur le matériel et le logiciel pour repartir à zéro. La perte est donc importante.

La réaction des uns et des autres

C’est dur à digérer pour les consommateurs, mais ceux qui vendent les appareils et les logiciels en sont très reconnaissants à Microsoft. Le problème, cependant, c’est que beaucoup d’utilisateurs fidèles de Windows Mobile commencent à regarder du côté de l’iPhone d’Apple et d’autres téléphones intelligents sous BlackBerry ou Android. Plusieurs d’entre eux vont également essayer de rester le plus longtemps possible avec le même téléphone intelligent sous Windows Mobile pour le rentabiliser avant de s’en défaire.

Depuis l’annonce de mars, les prix de plusieurs appareils sous Windows Mobile (déverrouillés) a baissé énormément. Le prix d’un Palm Tréo Pro, par exemple, a baissé de près de 300 $ en quelques mois seulement et c’est la même chose pour la plupart des autres appareils. Ce serait peut-être une bonne occasion pour s’en acheter un, d’autant plus que les producteurs et distributeurs de logiciels pour Windows Mobile font des spéciaux avec des baisses de prix de 25 % à 50 % quasiment toutes les semaines.

En fait, il ne se développe à peu près plus de nouvelles applications pour Windows Mobile depuis que Microsoft a fourni aux producteurs de logiciels des ensembles de développement leur permettant de créer dès maintenant des applications pour Windows Phone 7. Probablement aussi que les producteurs ne voient plus d’intérêt de développer d’autres logiciels pour un système d’exploitation dont on annonce une mort prochaine.

Pourtant, il existe des milliers d’applications pour cette plateforme développées depuis Windows Mobile 2002, puis sous les versions 2003, 5 et 6. Certes, elles sont moins nombreuses et spectaculaires que les 100 000 ou plus pour iPhone/iPod touch, mais, pour la plupart, plus développées et plus utiles. C’est sûr que beaucoup d’applications pour Windows Mobile nécessitent de presser une touche ou de pointer un stylet, ce qui est considéré comme des gestes dépassés, mais c’était quand même aussi précis que l’interface tactile de l’iPhone, voire davantage.

Une belle bataille en perspective

Pour être plus concurrentiel par rapport à l’iPhone OS et à l’Android OS, Microsoft a tout simplement décidé d’abandonner tout cela et de repartir à zéro, prêt à oublier 10 ans de développement de logiciels. C’est dommage, mais il y aura certainement moyen d’adapter les anciens logiciels assez facilement en changeant seulement l’interface. Windows Phone 7 ne fonctionnera qu’avec les doigts sur des écrans tactiles multipoints. Ce sera un iPhone à la Microsoft. Microsoft va essayer de faire mieux qu’Apple et vice-versa.

À vrai dire, en s’inspirant du déjà fait, Microsoft développe un système d’exploitation pour le téléphone intelligent dont elle rêve et qu’essaient de produire les fabricants à partir de son cahier des charges. Eux aussi vont devoir se battre pour arriver à concevoir le meilleur appareil possible, celui qui devrait le plus attirer les acheteurs potentiels. Ce sera intéressant à suivre, car les retombées devraient être très positives pour la clientèle qui oubliera rapidement tout ce qu’elle a pu perdre.

François Picard est journaliste et éditeur du magazine Atout Micro.




Tags: , , , , ,